La fin de sécurité de Netflix, expliquée :

De nos jours, où l’on entend régulièrement des nouvelles d’allégations d’agressions sexuelles contre des célébrités et des personnes fortunées, ce n’est plus choquant. Cependant, nous arrêtons-nous jamais pour faire une introspection et découvrir où se trouve la cause première de ce problème ? C’est précisément ce que le film italien « Security » du réalisateur Peter Chelsom essaie d’examiner et d’explorer. Le thriller à suspense met en vedette Marco D’Amore (« Gomorrah »), Valeria Bilello, Maya Sansa et Fabrizio Bentivoglio dans les rôles principaux.

Le film est basé sur un roman du même nom écrit par Stephen Amidon et a été tourné dans la belle ville balnéaire de Forte dei Marmi. Il fait suite à la recherche de la vérité par l’expert en sécurité Roberto sur l’agression d’une adolescente nommée Maria. Si vous avez regardé le film et que vous avez été perplexe face à ses nombreux rebondissements et questions morales, permettez-nous de vous apporter quelques éclaircissements en révélant la fin du film. Voici comment se termine l’histoire complexe de « Sécurité » et ce que cela signifie. SPOILERS À VENIR.

Synopsis de la parcelle de sécurité

Dans « Sécurité », Roberto Santini dirige une agence de surveillance de la sécurité qui surveille les villas de certaines des personnes les plus riches de Forte dei Marmi. Roberto connaît des problèmes conjugaux avec sa femme, Claudia, et endure une relation problématique avec sa fille adolescente, Angela. Roberto est insomniaque et travaille souvent tard le soir. Une nuit fatidique, une jeune fille apparaît à travers diverses caméras de sécurité, et elle est portée à l’attention de Roberto. A la demande de ses clients, Roberto se penche sur la question.

La jeune fille, Maria Spezi, a été agressée sexuellement. Le propre père de Maria, Walter, devient le principal suspect dans l’affaire. Cependant, lorsque Maria se réveille du coma, elle fait une révélation convaincante qui complique encore plus l’affaire. Le mystère de l’identité de l’agresseur de Maria est lentement découvert au cours du film.

Fin de sécurité : les actions de Roberto sont-elles justifiées ?

Vers la fin du film, Roberto parvient à dénicher des images qui prouvent que Dario, qui est également un suspect dans l’affaire, cache quelque chose. Roberto convainc Dario d’avouer à la police, et la vérité éclate enfin. C’est Curzio Pilati, le riche homme d’affaires, qui a agressé Maria. Comme Maria ne pouvait que se souvenir que l’attaque s’était produite chez Pilati et que Pilati avait demandé à ses hommes de supprimer les images incriminantes, il n’y a aucune preuve réelle contre lui.

Dario révèle (à travers une série de flashbacks) que Pilati l’avait payé pour amener des filles dans sa villa. Pilati, une germophobe, n’a jamais pu se livrer à des activités sexuelles et a plutôt cherché du plaisir en regardant Dario avoir des relations sexuelles avec diverses filles. Un jour, Dario a amené Maria à la villa de Pilati, mais lorsqu’il a refusé de s’imposer à la jeune fille, Pilati a commencé à l’agresser sexuellement. Lorsque sa germophobie a pris le dessus, il a agressé physiquement Maria.

Walter se blâme pour ce qui est arrivé à sa fille, est incapable de se suicider, organise une attaque et est abattu par la police. Connaissant la vérité, Roberto monte des images qui montrent une version des événements de cette nuit et les diffuse à travers la ville. Le film se termine avec Roberto déplorant les événements tragiques qui ont frappé la famille Spezi et comment la communauté locale est restée silencieuse.

Bien que la fin ne révèle pas ce qui arrive à Pilati après que les images éditées par Roberto soient vues par les habitants de la ville, on peut supposer que cela conduit à sa chute. La communauté locale est restée inconsciente du crime odieux de Pilati et ne l’a pas soupçonné en raison de sa stature et de ses activités philanthropiques. Le meilleur exemple en est la femme de Roberto, Claudia, qui est aveuglée par le fait que Pilati l’a aidée à devenir maire. Cependant, maintenant que la communauté locale connaît la vérité, cela changera sans aucun doute sa perception de Pilati. Ainsi, la fin interroge la conscience morale collective de notre société.

Cependant, Roberto utilisant des images falsifiées pour incriminer Pilati lui-même soulève une question morale différente. Bien que l’on puisse affirmer que le côté lubrique de Pilati mérite d’être révélé et que Roberto n’a aucun autre moyen de prouver l’innocence de Walter et Dario, ses actions sont injustifiées. Cependant, les excuses de Roberto à Walter et la promesse de trouver des preuves contre Pilati lui font franchir la ligne et commettre un acte moralement discutable. Les images secouent la communauté locale, ce qui peut à son tour être interprété comme un signal d’alarme pour nous en tant que société. Par conséquent, bien que les actions de Roberto soient injustifiées, elles sont nécessaires.

Quelle est la pertinence de l’essai d’Angela?

Tout au long du film, Angela cache quelque chose à sa famille. Ses actions rebelles peuvent être attribuées à son adolescence. Cependant, quand Angela lit son essai devant la classe, cela révèle pourquoi elle a une relation difficile avec ses parents. Dans l’essai, elle parle d’un incident de son enfance, où la négligence de sa mère l’a amenée à rencontrer Walter en train de pisser derrière un arbre. Jusqu’à ce point, nous sommes amenés à croire que Walter a agressé une jeune Angela.

Cependant, selon Angela, c’est loin de la vérité. Comme nous le voyons dans les flashbacks, Walter avait été accusé par Claudia d’agression, et sa réputation en a beaucoup souffert par la suite. Il a été licencié par Roberto et est devenu un paria social dans la communauté locale. Son habitude de boire beaucoup n’a pas non plus aidé son cas. Les scènes d’Angela lisant son essai sont juxtaposées à celles de Dario révélant la vérité sur Pilati devant la police. Ces deux révélations dramatiques jouées l’une contre l’autre nous aident à comprendre le commentaire social du film.

Les accusations de Maria contre Pilati et celles de Claudia contre Walter sont similaires car il n’y a aucun moyen concret de prouver ce qui s’est passé. Juste parce que Pilati est un homme d’affaires riche et prospère, il n’est pas regardé avec suspicion malgré les signes indiquant clairement son implication. En revanche, la consommation d’alcool de Walter le rend déjà peu aimable, et parce qu’il est un homme ordinaire, les gens le considèrent comme un délinquant malgré l’absence de preuves. Toute la séquence sert à souligner le privilège de ne pas être tenu pour responsable aux yeux du public dont jouissent les personnes riches ou célèbres.

Lire la suite : Meilleurs films italiens sur Netflix